Une mort particulière

Je touche les étoiles. Elles sont à portés de main. Je suis dans une fusée. La plus belle et la plus grande de toute l’histoire de l’humanité. Avant les étoiles, il y a les nuages. J’ai dansé sur les nuages. Mes rires retentissent toujours là-bas. Je voyais les maisons, les champs comme une immense miniature. C’était tellement petit. Et moi, j’étais la reine du monde sur les nuages. Un avion est passé près de moi, les personnes qui étaient à l’intérieur m’ont aperçues, m’ont dévisagés. Je crois qu’elles m’ont prises pour un ange. Un joli ange, qui retourne au ciel après avoir accompli sa mission. Cet ange, va retrouver le paradis après avoir aidé des personnes en détresse, sauvé des vies ; accomplis sa mission. Ils sont toujours admirés pour leurs actes mais, jamais pour ce qu’ils sont. Maintenant, je ne suis plus un ange, je suis seulement une cosmonaute dans l’univers. J’explore le cosmos. Je m’approche de la Lune et j’aperçois la planète Terre. La planète bleue, c’est bien elle. D’ici on ne voit presque que du bleu. Un spectacle magnifique s’offre à mes yeux. Combien de personnes auront eu la chance comme moi de voir ce que je suis en train de voir ? Pas beaucoup, bien trop peu. Les images ne sont rien à côtés de ce que je vois. Je m’apprête à marcher sur la lune. Enfin pas tout à fait. Ici il n’y a pas d’atmosphère et donc pas de gravité ; je suis en apesanteur. Je suis tellement légère. Je ne sent pas mon corps, je suis libre. Cela me rappelle le moment où j’ai volé et survolé la cime des arbres. Un spectacle magnifique, ce fût. Voilà, ça y est, je viens de toucher le sol caillouteux de la Lune. La Terre est minuscule au loin. Je contemple cette scène merveilleuse. J’aurais tellement envie de mourir ici, mais non, la Terre m’appelle. Elle me nargue, si petite qu’elle est. Le paysage autour de moi défile à toute vitesse. Très rapidement, je me retrouve dans l’atmosphère terrestre. Le paysage s’est arrêté, je suis une statue, figé dans le temps. Je contemple la planète, qui est si belle d’ici. Et puis d’un coup, je sens le vide autour de moi. Je me rapproche du sol, bien trop vite. J’ai envie de hurler de peur ou de joie, je ne sais pas, mais aucun son ne sort de ma bouche. La dernière chose que je vois c’est un champ sur lequel je vais m’écraser si rien ne se passe. Mes yeux s’ouvrent. Je ne vois rien au début, puis ma vue s’adapte au fur et à mesure. J’aperçois le contour d’une silhouette. Cette silhouette devient plus net et je vois ma sœur devant moi. Elle me demande : « – D’où viens-tu ?

– Du ciel, de l’espace. J’ai vu les étoiles, la Lune et la Terre comme peu de personnes l’ont vu. J’ai marché sur les nuages et sur la Lune. Tu entendras mes éclats de rire, si un jour tu vas dans les nuages. Les éclats de rire d’un ange, qui s’en va quérir le bonheur. »

Voilà, les derniers moments de ma vie. Après ces mots, mes paupières se sont fermées et mon coeur s’est arrêté de battre. Voici, la mort la plus belle qu’un être humain peut espérer. Qui sait, peut-être qu’à chaque fois que quelqu’un meurt c’est comme cela. Je suis au Paradis maintenant, je peux reposer en paix, après avoir volé, rêvé et vécu.

Publicités

A propos selindeej

Féministe. Rockeuse (et hippie) dans l'âme. Cinéphile et rat de bibliothèque. Art loveur. Amoureuse de la mer et des animaux.
Cet article a été publié dans Textes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s